La faute à la manette !

Dernier article : Madden Giflé à tort.  Dernier commentaire : Game A le 15/09.

mardi 30 octobre 2012

Qu’a tué Tanaka ?

C’est un débat proposé lors du Stunfest qui m’y a fait repenser. Alors que l’aréopage s’interrogeait sur une couleur politique des jeux (posant de très bonnes questions, peinant à y répondre), un jeu d’arcade de 1985 édité par Sega m’est revenu à l’esprit, Gombē no I’m Sorry (« I’m Sorry » en occident), variante de Pac-Man comme il y en avait beaucoup à l’époque.

Pour se distinguer de leur illustre modèle à l’univers symbolique et épuré, Coreland (à l’époque sous-traitant de Sega, avant d’être renommé Banpresto en 1989, une fois racheté par Bandai) avait choisi un design hyper référentiel qui multipliait les caméos illégaux. Et quand Pac-Man illustrait la gourmandise, Gombē visait un autre vice, l’appât du gain.

tanaka_pompidou_crop.jpg

Mais le jeu avait une autre originalité : prendre comme personnage principal un homme politique contemporain.

Lire la suite

dimanche 21 octobre 2012

L'envers du décor

Un énième glitch découvert dans Ultimate Marvel vs. Capcom 3 (la faute à Nova, il n’y a jamais eu rien de bon à attendre de lui) ouvre les portes d’un type d’exploration du jeu plus original que la recherche d’un nouvel enchaînement infini : pouvoir se déplacer dans ses décors.

Rien de comparable pour l’instant avec les formidables clichés du site Dead End Thrillls, il s’agit surtout de caméra décalée,

mais on se prend à rêver à mieux bientôt. Et même, pourquoi pas, à espérer qu’un jour tous les jeux proposent un moyen d’explorer librement les méandres de leurs niveaux.

Lire la suite

Double Dragon

lundi 17 septembre 2012

Double Dragon Néant

DD Neon

L’animation autour de la biographie de Yoshihisa Kishimoto aidant, l’annonce d’un nouveau Double Dragon m’avait aussi vite alléché que les premières images flashy m’en avaient détourné.

C’est finalement l’excellente musique de Double Dragon Neon (XBLA, PSN) qui m’a convaincu de lui donner sa chance ; un premier run plus tard, j’en suis bien content, même si je me demande encore s’il était bien légitime de rattacher ce nouveau bon jeu de Wayforward (Shantae, Mighty Flip Champ!) aux Double Dragons.

Parce que Double Dragon finalement, c’est quoi ? Deux sprites aux couleurs différentes qui combattent en même temps et cognent les adversaires avec leurs propres armes ou quelques éléments du décor. Pour le reste, pas grand-chose, et beaucoup de flou.

Lire la suite

vendredi 14 septembre 2012

Stylet Masseur


Un stylus pour se masser la face en jouant à la 3DS, mais quelle bonne idée. Alors qu’on sait très bien où se baladent les stylets pendant les temps de chargement de Kid Icarus…
Une belle pelle à crotte de nez, oui !

Via Kotakrotte.

Insert com

mercredi 12 septembre 2012

Bobobble

bobobble
Lors d’un séjour à Paris, je suis tombé sur un dinosaure dans le Marais.
Et une amphore à Montmartre.

KikiLesay

Insert com

mardi 4 septembre 2012

Console pour table

Virtua Boy
Suite à une erreur de traduction, la firme nippone confond depuis plus de quinze ans « console portable » et « console pour table ».

Lire la suite

mardi 28 août 2012

Raideur Suspecte



Le journalisme vidéoludique s’est encore illustré dans toute son inconséquence cet été. Et à la surprise générale, cela ne vient pas de Gameblog et de son célesto-cosmique Général « Votez avec vos porte-feuilles » JulienChé.

Lire la suite

lundi 27 août 2012

Jambon safari

Ce qui frappe d’emblée en jouant à Monster Hunter Tri (Wii, 2009), c’est son cosmopolitisme décomplexé. Mélangeant tenues d’écolières et armures médiévales, « dragons » à l’européenne et mascotte kawaii, l’univers de la série de Capcom ne brille pas par un souci manifeste de cohérence.

La chronologie semble elle aussi bien négligée : le village de sédentaires qui nous sert de base dépend paradoxalement essentiellement de la chasse, de la pêche et de la cueillette (bref d’un mode de vie qu’on attribuerait plutôt aux nomades), l’agriculture y étant balbutiante, et l’élevage exceptionnel. Le forgeron y maîtrise tout autant la taille de la pierre que la métallurgie et les mécanismes d’armes à feu. Le troc et la monnaie sont utilisés parallèlement sur la place du village, où l’on peut acquérir produits locaux comme marchandises exotiques vendues par un capitaine au long cours, ce qui implique une économie quasi-capitalistique (notamment parce que « le grand commerce impose de longs délais au roulement des capitaux » - Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, p.61).
Bref le jeu brasse allègrement une dizaine de milliers d’années d’innovations et ne respecte pas le modèle habituel d’évolution de la civilisation humaine qu’on apprend à l’école et qui voit les sociétés nomades précéder les sociétés sédentaires, maîtriser la pierre puis le bronze et le fer, chasser et cueillir avant de domestiquer les plantes puis les animaux, passer du troc à l’échange monétaire puis au crédit.

Pourtant, à y regarder deux fois, on pourrait avancer que, pour ces mêmes raisons, Monster Hunter Tri est un jeu profondément japonais qui n’aurait pu être imaginé sous cette forme par des développeurs d’une autre nationalité.

D’abord, il y a le scénario de l’épisode, directement inspiré de la légende japonaise du Namazu, ce poisson-chat chatouilleux sur lequel reposerait la terre. Lorsqu’il bouge, elle tremble ; or les séismes qui frappent l’archipel Moga et mettent en péril ses habitants sont également causés par un monstre géant (qui n’est d’ailleurs pas sans ressemblances avec le namazu de la légende - spoiler).

Il en va peut-être de même des particularités de l’agriculture et l’élevage dans le jeu, qui n’évoquent peut-être pas tant la négligence des développeurs qu’une caractéristique propre au schéma évolutionniste japonais.

Lire la suite

vendredi 24 août 2012

On se lève tous pour la pub

Sony Patent

Dans la série “Brevets débiles qui nous annoncent un futur glauque”, c’est autour de Sony de faire fort. Le pondeur de Playstation réserve ainsi l’idée de transformer les publicités en loisir interactif.
Il faudrait ainsi utiliser le PS Move pour choisir sa taille de pizza après avoir vu la pub, ou son micro pour crier “MacDounalds!!” et continuer à regarder un programme télé.
Quelqu’un a dû revoir Minority Report et se dire qu’on aurait envie de participer aux réclames, tellement elles sont créatives et engageantes. On est content de savoir que l’argent récolté sur nos PS3 et PS Vita sert de grandes idées pour les générations futures…

Via Joystiq! (l’anglais, pas le tabloïd français)

Insert com